Le billet de fin d’année du président : 2016, quoi de neuf pour le vélo ?

 

2016

Décembre, l’heure d’un coup d’oeil dans le rétroviseur du vélo…
Des bonnes nouvelles, pour commencer (en cherchant bien) :

1- l’association Vélocité Narbonne, en deux ans, a accueilli 180 adhérents …
C’est une réussite indéniable, et nous devons continuer à nous développer pour affirmer notre place, développer nos idées, faire aboutir nos revendications.
Tout le monde n’a pas renouvelé son adhésion en 2016 : si vous adhérez maintenant ce sera directement pour 2017, mais vous pouvez aider avec une cotisation de soutien ou un don.
Cela peut se faire en ligne sur le site sécurisé de Helloasso. Mais aussi par courrier, ou lors d’une manifestation publique.

2- L’usage du vélo se développe à Narbonne….
Malgré les difficultés et les dangers, le nombre de cyclistes urbains à Narbonne croît régulièrement, c’est un sentiment partagé par tous les utilisateurs quotidiens du vélo. Mais nous de disposons pas des outils pour le prouver : aucune enquête, aucun comptage n’a jamais été organisé.
C’est une des demandes de notre association : compter pour constater, pour prendre de bonnes décisions,  et suivre les évolutions dans le temps.

Les moins bonnes nouvelles maintenant :

1-au sujet des aménagements et des règlements, la situation à Narbonne ne s’est pas améliorée, loin de là
– les couloirs partagés bus/vélos ont été supprimés
– les double sens réinstallés sur les boulevards rendent la circulation à vélo et le cheminement des piétons plus dangereux que jamais
-la « piste cyclable » le long des parkings du quai Victor Hugo (qui est devenue illégale car non conforme mais était bien utile faute de mieux pour traverser Narbonne le long de la Robine) n’est plus signalée lors des réfections, effacée ailleurs.
– aucun des travaux de voirie en centre ville n’a pris en compte le vélo, et très peu les piétons (bd Gambetta, bd Général de Gaulle, bd Lacroix etc…)
Dans le quartier de la caserne Montmorency, des aménagements ont été réalisés mais ils restent inutiles faute de prolongement vers le centre ville ou vers les quartiers Sud.
– rien n’a été entrepris pour rendre utilisables au quotidien les pistes cyclables existantes car elles ne débouchent sur rien, ou pire sur des carrefours ou ronds-points extrêmement dangereux pour les cyclistes.
– une des rares pistes cyclables vraiment utilisée, car empruntée par les facteurs de la Poste et par les citadins souhaitant aller à vélo au centre commercial, est dans un état de revêtement et d’entretien exécrable, quand elle n’est pas encombrée par des stationnements illicites ou les travaux du Muréna….
– le pont de Carcassonne est ouvert aux vélos… mais pour y accéder il faut descendre de vélo tant les blocs de bétons, trottoirs, véhicules stationnés rendent l’accès dangereux !
– le double sens cyclable dans les zones 30km/h, pourtant obligatoire, n’a pas été instauré ni même testé.
– les accroche-vélo sont toujours aussi peu nombreux et inadaptés
– etc… etc… etc…

2-Le projet d’atelier vélo autogéré de l’association Vélocité, pourtant prêt à démarrer, n’a pu être réalisé : les demandes de subvention de l’association auprès de la Mairie de Narbonne et du Grand Narbonne ont été refusées, la demande de mise à disposition d’un local également.
La création de cet atelier est une priorité pour l’association : nous allons probablement devoir lancer le projet sans aucune aide publique, alors qu’il s’agit d’un projet d’intérêt général pour les narbonnais.

3-Madame Nathalie Granier-Calvet, adjointe à l’urbanisme et aux transports, a choisi de démissionner de son mandat.
C’est un triste nouvelle pour les déplacements doux à Narbonne : les rencontres que nous avons eues avec elles ont toujours été cordiales et utiles (même si les résultats ne sont pas venus).
Madame Granier-Calvet ne souhaite pas expliciter les raisons de sa démission, mais pour notre part nous pensons que l’absence de prise en compte des déplacements doux dans les décisions prises par la municipalité ces dernières années pourrait être une des raisons, car elle était à titre personnel très favorable à un rééquilibrage la politique de transports et d’aménagements en faveur des cyclistes et des piétons.

4-au niveau national, la politique en faveurs des déplacements doux est toujours aussi faible, voire ridicule.
Les subventions, déjà très insuffisantes, à cinq associations nationales ont été mise en cause, sauvées par une mobilisation des associations vélo partout en France pour certaines, mais trois d’entre elles ont vu leurs subventions supprimées.

Dans ces périodes de pollution grave à Paris et dans d’autres grandes villes, on a entendu parler de … répression et de subventions pour les voitures électriques !
Alors que le vélo, associé à au train, pourrait résoudre le problème comme cela est démontré depuis longtemps en Hollande ou au Danemark par exemple. C’est le retard dans le développement des déplacements doux et dans la réorientation des investissements en leur faveur qui rend la situation française si grave.

Devant ce constat assez noir, seul notre détermination et notre enthousiasme peuvent tenter de lever les obstacles au changement : il nous faut informer, et convaincre.

L’avenir des villes est dans le développement des déplacements doux, des politiques urbaines et des aménagements permettant de retrouver des villes apaisées et humaines.
Narbonne, qui par ses caractéristiques pourrait être à l’avant garde de cette évolution inéluctable, prend un retard considérable et est en train de rater le coche.
C’est notre responsabilité d’interpeller nos élus et ce sera le rôle du Livre Blanc que nous préparons.

Bonnes fêtes à tous

Vive le vélo et les déplacements doux !!!

Martin Guillemot
Président  de VÉLOCITÉ NARBONNE

SONY DSC

Publicités

Rassemblement au Parc des sports et de l’amitié dimanche 27 novembre à 15 h

indep23-11_1web

L’Indépendant de ce jour fait un dossier sur la contestation citoyenne de l’emplacement de la future salle multimodale qui risque de détruire le poumon vert de Narbonne que représente le Parc des sports et de l’amitié.
On peut le lire sur le site de l’indépendant ici

L’association « Touche pas à mon parc » a recueilli 2200 signatures à sa pétition.
Sans mettre en cause à priori le projet de salle multimodale, les signataires exigent un consultation sur l’emplacement de cet équipement.
L’emplacement choisi, outre la destruction d’une partie des espaces verts du parc des sports présente d’autres inconvénients en terme de parking, d’accès piétons etc… et n’a fait l’objet d’aucune concertation auprès des citoyens, ni même de réunion publique d’information.

Tous les adhérents de Vélocité qui partagent ces inquiétudes sont invités à participer au rassemblement Dimanche 27 novembre à 15 heures … à vélo bien sûr pour ceux qui le peuvent !

La circulation à Narbonne : trop de zones dangereuses pour les piétons et les cyclistes !

10La vélorution de samedi 5 novembre a rassemblé une soixantaine de cyclistes de tous âges, dont de très jeunes enfants, dans une ambiance joyeuse mais grave : même en roulant tous ensemble, avec des gilets jaunes et un service de sécurité aux carrefours, l’espace public narbonnais se montre inadapté aux cyclistes et dangereux pour les piétons, et des automobilistes pressés et arrogants (certains!) ont toujours le dessus…

Nous avons parcouru 10 kilomètres dans des rues résidentielles, en zone de rencontre, sur les boulevards, autour de ronds points urbains, le long de pistes cyclables, et même sur des trottoirs ou des chemins en terre pour éviter des points trop dangereux.
Partout le même constat : les automobiles sont les reines, et même  quand le code de la route protège les piétons et les cyclistes (passages piétons, espace de sécurité d’1 m pour doubler un cycliste, priorités à droite, stationnements interdits…) c’est bien trop souvent le plus gros et le plus lourd qui domine.

Certes une part du problème revient à un certain manque de civisme des usagers et au laissez-aller dans le contrôle des infractions, mais une grande part des difficultés au quotidien des piétons et des cyclistes à Narbonne provient de l’inadaptation de l’aménagement urbain à Narbonne.

Avec cette vélorution nous inaugurons une grande campagne d’information et de dénonciation des points noirs les plus flagrants : nous allons pointer régulièrement, par un article sur ce blog, un exemple de point noir dangereux, et démontrer que souvent il suffirait d’un peu de bon sens pour y remédier en partie.

Mais nous restons persuadés que seul un plan d’ensemble et une volonté politique continue sur des années d’inverser les choses permettront le développement durable et continu des déplacements doux à Narbonne, conduisant à une ville plus agréable, plus apaisée, plus humaine. Ce sera l’objectif du Livre Blanc pour les déplacements doux que l’association présentera dans quelques mois.

Merci à tous les participants connus et anonymes de cette vélorution.
Bravo aux plus jeunes qui ont suivi sur leurs petits vélos et merci à leurs parents qui ont fait confiance à l’esprit de groupe de notre manifestation.
Et à tous : à la prochaine  !

Un diaporama (cliquez sur une photo pour ouvrir le diaporama):

Dans l’Indépendant du dimanche 6 novembre:
indep-6nov

 

Ma Clape à 2 roues » : Comment découvrir la Clape autrement à vélo et ses acteurs de l’action citoyenne…

 

18sept2016

Ma Clape à 2 roues » : Comment découvrir la Clape autrement à vélo et ses acteurs de l’action citoyenne…

Dimanche 18 septembre, à l’occasion des 33e Journées européennes du patrimoine, le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée s’associe à cinq associations du territoire, emblématiques de l’action citoyenne en direction du patrimoine naturel et de l’environnement afin de proposer un évènement inédit et convivial de découverte de la Clape à vélo.


Le temps d’une demi-journée, le Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, les associations de la Maison de la Clape, Vélocité, Rubrésus, l’Olivette, le Jardin de Langel et les Amis de la Fabrique du Sud proposent un parcours en vélo (encadré par les bénévoles de l’association Vélocité), au départ de Narbonne pour les curieux ! Au programme : découverte de trois sites emblématiques du massif de la Clape : la Maison de la Clape , la glacière de Vinassan et le Jardin de Langel.

Les trois points d’arrêt seront l’occasion de découvrir un lieu emblématique du massif et de rencontrer et d’échanger avec des membres associatifs engagés dans la valorisation et la protection du patrimoine naturel du massif de la Clape.

Le départ se fera en vélo à 9h du parking du Parc des sports et de l’amitié à Narbonne (47 rue avenue Pierre de Coubertin). Retour prévu vers 15h.

Conditions de participation
L’inscription est gratuite mais obligatoire pour participer à cet évènement. A cette occasion, l’Auberge Paysanne l’Olivette proposera une restauration à partir des produits de leur domaine (10 € le repas sur réservation obligatoire avant vendredi 16/09/2016).
Il est également possible de rejoindre le groupe en cours de route sur le site de la Glacière de Vinassan (vers 10h), à la Maison de la Clape (vers 11 h) ou au Jardin de Langel (vers 12h).

Informations et réservation :
06 19 88 47 32

Vélocité Narbonne au forum des associations samedi 3 septembre

forum2016

Vélocité Narbonne fera sa rentrée au Forum des associations le samedi 3 septembre de 10h à 18h sur les Barques.

Nous présenterons les objectifs et les actions de l’association pour le développement des déplacements doux à Narbonne.
L’objectif de la journée est de nous faire mieux connaître, et bien sûr de collecter de nouvelles adhésions.
C’est notre nombre, notre dynamisme et notre détermination qui permettront une meilleure prise en compte des vélos, des piétons, des personnes à mobilité réduite dans les politiques publiques d’aménagement urbain.

Les adhérents et sympathisants disponibles quelques heures pour tenir le stand sont bienvenus : nous informer par e-mail.

Soyons nombreux samedi 3 septembre pour affirmer notre place dans la ville, pour accélérer les prises de conscience permettant de bâtir ensemble une ville plus apaisée et mieux partagée….

 

Plan

ADHESIONS  RENOUVELEMENTS D’ADHESION  2016

RAPPEL : il est possible d’adhérer à l’association ou de renouveler son adhésion en ligne en payant par carte bancaire (site sécurisé de HelloAsso) : ici

 

Les zones 30 km/h : définitions, réglementation et situation narbonnaise

zones30_narbonne

Depuis une loi de juillet 2008, complétée par un décret de juillet 2015, le double sens cyclable, c’est à dire l’autorisation pour les cyclistes d’emprunter les rues à sens interdit à contre sens, doit être généralisé dans les zones où la limite de vitesse est inférieure à 50 km/h.
Qu’en est il à Narbonne ?

RAPPEL DE LA LEGISLATION

DÉFINITION
Article R.110-2« zone 30 » section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable.»

La zone 30 est un espace public où l’on cherche à instaurer un équilibre entre les pratiques de la vie locale et la fonction circulatoire en abaissant la vitesse maximale autorisée pour les véhicules. Ceci doit aider au développement de l’usage de la marche en facilitant les traversées pour les piétons et l’usage du vélo en favorisant la cohabitation des vélos avec les véhicules motorisés sur la chaussée

difference_panneaux

LE CHOIX DE LA VITESSE LIMITE
Article R.110-2 « Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30km/h »

La vitesse est limitée à 30 km/h pour tout type de véhicules,c’est-à-dire, les vélos, les cyclomoteurs, les motos, les automobiles, les véhicules de livraisons, les bus. Le parti pris d’avoir fait figurer cette prescription de limitation de vitesse sur le panneau rappelle cette exigence.

Un véhicule qui roule à 30 km/h nécessite une distance de 13 m environ pour s’arrêter en cas d’urgence (1 seconde de réaction + décélération du véhicule) au lieu de 28 m à 50 km/h. Cette vitesse réduite permet à l’automobiliste d’avoir un champ visuel fonctionnel plus large, d’établir un contact visuel avec les autres usagers et d’augmenter ainsi les chances d’éviter un piéton.
En cas d’accident avec piéton, la probabilité de tuer un piéton passe de 100% à 70 km/h, à 50 à 80% à 50 km/h et à environ 10% à 30 km/h.

C’est en raison de cette faible vitesse des véhicules qu’une cohabitation dans de bonnes conditions de sécurité est possible entre les véhicules motorisés et les vélos sur la même chaussée. Elle permet également aux piétons de traverser la voie en tout point, dés lors qu’ils se situent à plus de 50 mètres du passage piéton le plus proche.

LES CYCLISTES
Les cyclistes et les modes motorisés se partagent la chaussée sans nécessité de ségrégation avec des voies dédiées. Ceci suppose une homogénéisation des vitesses pratiquées : c’est à dire moins de 30 km/h pour tous les usagers.
« les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police »…
La généralisation du double sens cyclable vise à accompagner le développement de l’usage des vélos. Les cyclistes font rarement les détours engendrés par la présence de voirie à sens unique, soit parce que l’itinéraire imposé est plus long, soit parce qu’il est ressenti comme plus dangereux. Ils préfèrent alors souvent circuler illégalement sur les trottoirs. Il s’agit donc de prévenir ces comportements non par la répression mais par une signalisation et, là où c’est nécessaire par un aménagement adapté.

double-sens-cyclableLes organismes gestionnaires de la voirie devront donc étudier l’ensemble des voiries en zone 30 pour, soit dans le cas général créer des doubles sens cyclables, soit pour justifier dans un arrêté à prendre obligatoirement l’impossibilité de réaliser ce double sens cyclable.
Dans le cas où cette possibilité de double sens n’est pas offerte, l’autorité investie du pouvoir de police devra justifier son choix par des contraintes propres à la voirie et à son usage (nature du trafic dont une forte présence de poids lourds, etc.). Rappelons à cet effet, que la présence de stationnement sur voirie est le résultat d’un choix et non une contrainte ex nihilo, le choix d’offrir ou de maintenir du stationnement ne saurait dans le cas général justifier l’absence de mise à double sens cyclables des rues à sens unique.
Il importe d’examiner au cas par cas les carrefours qui constituent les points délicats de l’aménagement de la voie réservée aux cyclistes.La signalisation à mettre en place reste identique à la situation actuelle (voir réglementation en vigueur).On veillera à la continuité de ces doubles sens cyclables aux limites des zones 30.

LES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE
Les personnes à mobilité réduite regroupent non seulement les personnes en fauteuil roulant, celles ayant des handicaps sensoriels (aveugle, malvoyant, sourd, malentendant…) ou intellectuels (problème cognitif,etc.), mais aussi les personnes transportant des bagages lourds, les personnes âgées, les femmes enceintes, les adultes avec une poussette ou un caddie, etc
Loi n°2005-102 du 11 février 2005, décrets n°2006-1657 et n°2006-1658 du 21 décembre 2006,
Arrêté du 15 janvier 2007, alinéa n°3 –pro!l en travers :« … La largeur minimale du cheminement est de 1,40 mètre libre de mobilier ou de tout autre obstacle éventuel…»
La loi, ses décrets et son arrêté concernent en milieu urbain les voies de circulation ouvertes à la circulation et tous les espaces publics, y compris les voies de la zone 30

LES PIÉTONS
Les piétons dans le code de la route forment une catégorie qui comprend les personnes qui se déplacent à pied ainsi que les rollers et trottinettes et les utilisateurs de fauteuils roulants.
Contrairement aux aires piétonnes et aux zones de rencontre, la réglementation relative aux piétons est la même que pour la voirie à 50 km/h. Les piétons n’ont pas de priorité particulière et ils ne sont pas autorisés à circuler sur toute la largeur de la chaussée. La règle est donc la priorité au piéton régulièrement engagé.
Toutefois, la vitesse réduite des véhicules rend compatible la traversée des piétons dans de bonnes conditions de sécurité tout le long de la rue. Les aménagements doivent donc tendre à faciliter la traversée des piétons en tout point de la chaussée, en limitant le recours aux passages piétons et en évitant les bordures hautes lorsque c’est possible.

LA SITUATION A NARBONNE

Depuis la loi de Juillet 2008 qui imposait aux communes de prendre des décrets avant la fin de 2010, la plupart des villes française se sont mises en conformité. Non sans difficultés et débats parfois, souvent avec retard, mais on y arrive.

A Narbonne le retard est patent : la situation n’a pas bougé ! Les zones 30 n’ont pas été aménagées, les signalétiques n’ont pas été installées, le public n’a pas été informé.

Rappelons la loi : dans toutes les zones où la vitesse est inférieure à 50 km/h (zones piétonnes, zones de rencontre, zones 30, portions de rues limitées à 30km /h), le double sens cyclable est obligatoire, sauf raison impérieuse exceptionnelle.

Et depuis fin 2010, la signalisation par des panneaux est obligatoire, le marquage au sol restant facultatif (mais conseillé au moins au début des rues).

De plus, la signalisation des zones 30 est réglementée : le panneau à l’entrée d’une zone 30 s’applique à toutes les rues sécantes, et reste valable  jusqu’à l’indication par un panneau de la fin de zone 30.

debut_finL’association Vélocité Narbonne considère que le moment est venu d’agir.
Narbonne ne peut pas être une exception et rester dans l’illégalité.

Nous demandons

-dans un premier temps : l’application du double sens cyclable avec  la mise en place des aménagements et signalétiques légaux, dans toutes les zones 30 existantes du centre historique, ainsi qu’une campagne d’information des habitants.

-dans un deuxième temps : l’extension des zones 30 à tous les quartiers résidentiels et des travaux pluri-annuels d’aménagements permettant de passer l’ensemble du centre historique en zone de rencontre 20km/h.
A terme, seuls quelques axes de transit ont vocation à rester à 50km/h.

Les voies de circulation à Grenoble au 1er janvier 2016
Les voies de circulation à Grenoble au 1er janvier 2016

L’exemple de Grenoble

Dans la métropole de Grenoble, 42 communes volontaires (sur 49) participent à la « Métropole apaisée ». A Grenoble, la vitesse sera limitée à 30 km/h sur 207 km de rues, soit 89 % de la voirie, dès le 1er janvier 2016.
Les villes de Paris, Bordeaux et beaucoup d’autres développent leur réseau 30km/h.

Partager la rue, rendre la ville aux piétons y compris les enfants, aux vélos, aux handicapés, faciliter la circulation en limitant les déplacements automobiles à courte distance, améliorer par là les transports collectifs : voilà l’avenir de nos villes, partout en Europe, de plus en plus en France, et à Narbonne aussi !

Plus d’info sur la ville 30km/h :

-la fiche cerfu qui présente les zones 30km/h :  ici
-la brochure « la ville à 30 km/h, ca marche! » :
-un dépliant de présentation A4 rect-verso : depliant-ville-30

Vélocité accueille le tour Alternatiba les 16 et 17 juin

affiche_narbonne_web

Mardi 16 Juin à partir de 17h, Vélocité Narbonne accueille les cyclistes du tour Alternatiba.
Rendez vous à 18 heures à l’espace Liberté pour participer à la vélorution des cinq derniers kilomètres avec les tandems 4 et 3 places d’Alternatiba partis le matin de Carcassonne, et des cyclistes venus de Perpignan.
Et rendez vous à 19h sur le parvis des Halles pour l’arrivée festive et le grand meeting pour le climat.

facebook_narbonneMercredi 17 Juin de 10h à 20h, l’association Vélocité Narbonne est présente au village des alternatives sur le Parvis des Halles et la rue Emile Zola.

Nous présenterons les solutions cyclistes pour des transports apaisés et le rôle du vélo dans la  lutte contre le réchauffement climatique.
Nous participerons à un débat « Transports et Climat »

Nous collaborerons avec le Centre Social et l’association IDEAL qui animeront un atelier de petites réparations de vélos.

Tous les adhérents pouvant se libérer dans la journée du mercredi pour tenir le stand, informer et partager nos expériences sont bienvenus!