Ne pas se fier aux gros titres !!!

Grande communication de la mairie de Narbonne ce 9 juin dans tous les journaux (L’Indépendant, le Midi Libre et la Depeche): dans le gros titre, voirie, trottoir et piste cyclable sont cités à égalité.

Si on regarde la carte en détails :

Voirie (=automobiles) = +de 420000 euros

Trottoirs (=piétons) = 90000 euros environ

Piste cyclable (=vélos) = quelques milliers d’euros
(réfection d’une piste cyclable route de Mauraussan dans le cadre de travaux sur la chaussée d’un montant total de 15000€)

À ce rythme, l’amélioration de la situation pour les cyclistes sera pour l’an 3000 !!!
Et les piétons, poussettes, fauteuils roulants attendront longtemps pour se déplacer mieux !!!

indep17-06-09

Le billet de fin d’année du président : 2016, quoi de neuf pour le vélo ?

 

2016

Décembre, l’heure d’un coup d’oeil dans le rétroviseur du vélo…
Des bonnes nouvelles, pour commencer (en cherchant bien) :

1- l’association Vélocité Narbonne, en deux ans, a accueilli 180 adhérents …
C’est une réussite indéniable, et nous devons continuer à nous développer pour affirmer notre place, développer nos idées, faire aboutir nos revendications.
Tout le monde n’a pas renouvelé son adhésion en 2016 : si vous adhérez maintenant ce sera directement pour 2017, mais vous pouvez aider avec une cotisation de soutien ou un don.
Cela peut se faire en ligne sur le site sécurisé de Helloasso. Mais aussi par courrier, ou lors d’une manifestation publique.

2- L’usage du vélo se développe à Narbonne….
Malgré les difficultés et les dangers, le nombre de cyclistes urbains à Narbonne croît régulièrement, c’est un sentiment partagé par tous les utilisateurs quotidiens du vélo. Mais nous de disposons pas des outils pour le prouver : aucune enquête, aucun comptage n’a jamais été organisé.
C’est une des demandes de notre association : compter pour constater, pour prendre de bonnes décisions,  et suivre les évolutions dans le temps.

Les moins bonnes nouvelles maintenant :

1-au sujet des aménagements et des règlements, la situation à Narbonne ne s’est pas améliorée, loin de là
– les couloirs partagés bus/vélos ont été supprimés
– les double sens réinstallés sur les boulevards rendent la circulation à vélo et le cheminement des piétons plus dangereux que jamais
-la « piste cyclable » le long des parkings du quai Victor Hugo (qui est devenue illégale car non conforme mais était bien utile faute de mieux pour traverser Narbonne le long de la Robine) n’est plus signalée lors des réfections, effacée ailleurs.
– aucun des travaux de voirie en centre ville n’a pris en compte le vélo, et très peu les piétons (bd Gambetta, bd Général de Gaulle, bd Lacroix etc…)
Dans le quartier de la caserne Montmorency, des aménagements ont été réalisés mais ils restent inutiles faute de prolongement vers le centre ville ou vers les quartiers Sud.
– rien n’a été entrepris pour rendre utilisables au quotidien les pistes cyclables existantes car elles ne débouchent sur rien, ou pire sur des carrefours ou ronds-points extrêmement dangereux pour les cyclistes.
– une des rares pistes cyclables vraiment utilisée, car empruntée par les facteurs de la Poste et par les citadins souhaitant aller à vélo au centre commercial, est dans un état de revêtement et d’entretien exécrable, quand elle n’est pas encombrée par des stationnements illicites ou les travaux du Muréna….
– le pont de Carcassonne est ouvert aux vélos… mais pour y accéder il faut descendre de vélo tant les blocs de bétons, trottoirs, véhicules stationnés rendent l’accès dangereux !
– le double sens cyclable dans les zones 30km/h, pourtant obligatoire, n’a pas été instauré ni même testé.
– les accroche-vélo sont toujours aussi peu nombreux et inadaptés
– etc… etc… etc…

2-Le projet d’atelier vélo autogéré de l’association Vélocité, pourtant prêt à démarrer, n’a pu être réalisé : les demandes de subvention de l’association auprès de la Mairie de Narbonne et du Grand Narbonne ont été refusées, la demande de mise à disposition d’un local également.
La création de cet atelier est une priorité pour l’association : nous allons probablement devoir lancer le projet sans aucune aide publique, alors qu’il s’agit d’un projet d’intérêt général pour les narbonnais.

3-Madame Nathalie Granier-Calvet, adjointe à l’urbanisme et aux transports, a choisi de démissionner de son mandat.
C’est un triste nouvelle pour les déplacements doux à Narbonne : les rencontres que nous avons eues avec elles ont toujours été cordiales et utiles (même si les résultats ne sont pas venus).
Madame Granier-Calvet ne souhaite pas expliciter les raisons de sa démission, mais pour notre part nous pensons que l’absence de prise en compte des déplacements doux dans les décisions prises par la municipalité ces dernières années pourrait être une des raisons, car elle était à titre personnel très favorable à un rééquilibrage la politique de transports et d’aménagements en faveur des cyclistes et des piétons.

4-au niveau national, la politique en faveurs des déplacements doux est toujours aussi faible, voire ridicule.
Les subventions, déjà très insuffisantes, à cinq associations nationales ont été mise en cause, sauvées par une mobilisation des associations vélo partout en France pour certaines, mais trois d’entre elles ont vu leurs subventions supprimées.

Dans ces périodes de pollution grave à Paris et dans d’autres grandes villes, on a entendu parler de … répression et de subventions pour les voitures électriques !
Alors que le vélo, associé à au train, pourrait résoudre le problème comme cela est démontré depuis longtemps en Hollande ou au Danemark par exemple. C’est le retard dans le développement des déplacements doux et dans la réorientation des investissements en leur faveur qui rend la situation française si grave.

Devant ce constat assez noir, seul notre détermination et notre enthousiasme peuvent tenter de lever les obstacles au changement : il nous faut informer, et convaincre.

L’avenir des villes est dans le développement des déplacements doux, des politiques urbaines et des aménagements permettant de retrouver des villes apaisées et humaines.
Narbonne, qui par ses caractéristiques pourrait être à l’avant garde de cette évolution inéluctable, prend un retard considérable et est en train de rater le coche.
C’est notre responsabilité d’interpeller nos élus et ce sera le rôle du Livre Blanc que nous préparons.

Bonnes fêtes à tous

Vive le vélo et les déplacements doux !!!

Martin Guillemot
Président  de VÉLOCITÉ NARBONNE

SONY DSC

Rassemblement au Parc des sports et de l’amitié dimanche 27 novembre à 15 h

indep23-11_1web

L’Indépendant de ce jour fait un dossier sur la contestation citoyenne de l’emplacement de la future salle multimodale qui risque de détruire le poumon vert de Narbonne que représente le Parc des sports et de l’amitié.
On peut le lire sur le site de l’indépendant ici

L’association « Touche pas à mon parc » a recueilli 2200 signatures à sa pétition.
Sans mettre en cause à priori le projet de salle multimodale, les signataires exigent un consultation sur l’emplacement de cet équipement.
L’emplacement choisi, outre la destruction d’une partie des espaces verts du parc des sports présente d’autres inconvénients en terme de parking, d’accès piétons etc… et n’a fait l’objet d’aucune concertation auprès des citoyens, ni même de réunion publique d’information.

Tous les adhérents de Vélocité qui partagent ces inquiétudes sont invités à participer au rassemblement Dimanche 27 novembre à 15 heures … à vélo bien sûr pour ceux qui le peuvent !

Piétons et cyclistes circulent au péril de leur vie à Narbonne

indep28-09

Encore un accident mortel à Narbonne.

Chaque année, de très nombreux piétons et cyclistes sont blessés ou tués à Narbonne.
À chaque fois on entend des commentaires « quelle malchance !» , « comment est-ce possible ? » ou « incompréhensible …» comme dans l’article de l’Indépendant du jour.

Les responsabilités sont pourtant claires :

D’abord, c’est la circulation automobile, et souvent le non respect des règles du code de la route (vitesse excessive, non respect des passages piétons etc…) qui est la principale responsable de ces blessés et de ces morts.

Ensuite, c’est l’absence, depuis des décennies, d’une politique d’aménagement pour les piétons et les cyclistes, situation qui oblige les piétons et les cyclistes à se battre au quotidien pour faire respecter leurs droits.
Des quartiers résidentiels, des centres commerciaux, des zones artisanales ont été construites sans que jamais la circulation des piétons et des cyclistes n’ait été prévue ni même envisagée.

Trop c’est trop !

Comment continuer à fermer les yeux devant le mépris ressenti au quotidien par les habitants des Hauts de Narbonne, de Rochegrise, de Baliste ou de Razimbaud qui ne peuvent accéder au centre ville à vélo par des voies réservées.
Pourquoi doit-on mettre sa vie en péril pour aller acheter à vélo un clou ou un marteau au centre commercial, alors qu’il n’y a même plus de quincaillerie en centre ville ?
Combien d’enfants et de jeunes pourraient utiliser le vélo pour se rendre à l’école, au collège, au lycée si ils pouvaient faire ces trajets en sécurité.

Narbonne a un retard considérable dans l’aménagement de pistes cyclables séparés sur les grands axes, dans l’apaisement de la circulation en centre ville, dans le respect des trottoirs et passages piétons.
L’association Vélocité Narbonne propose depuis deux ans une autre politique.
Notre association prépare un livre blanc pour les déplacements doux.
Les solutions existent, qui permettraient un développement considérable de l’utilisation du vélo au quotidien, en toute sécurité. Plus de vélos, ce serait aussi un moyen de résoudre les problèmes de circulation dans notre ville.
Seule la volonté des élus de Narbonne et du Grand Narbonne fait défaut pour l’instant.

Nous ne pouvons continuer à nous taire.
Ces accidents ne sont pas la faute à pas de chance.
Que ce nouvel accident soit enfin le départ d’une prise de conscience : la ville et ses voies de circulation doivent être partagées par tous les usagers.

Agissons tous ensemble et vite …

Martin Guillemot
Président de Vélocité Narbonne

Le panorama des ateliers vélo 2014

panorama-ateliers-velo

Comme chaque année, l’Heureux Cyclage a réalisé son panorama des ateliers vélo en France. En 2014, l’état des lieux confirme le développement des ateliers, leur structuration en réseau solidaire, et leur reconnaissance auprès des pouvoirs publics. Leurs actions diverses, adaptées au plus grand nombre, ont un poids certain dans la promotion du vélo au quotidien.

Des activités en faveur de la pratique du vélo au quotidien

Avec une croissance moyenne du nombre d’ateliers de 20 % par an depuis 2009, ce sont, en 2014, 120 ateliers vélos qui ont permis à 50 000 personnes d’améliorer leurs connaissances dans l’entretien et la réparation de leur bicyclette, soit deux fois plus qu’il y a trois ans. Dans tout le pays, en ville comme à la campagne, des ateliers se créent et se coordonnent pour travailler ensemble sur leur territoire. L’accès à des locaux adaptés et pérennes reste un sujet de préoccupation pour les structures, malgré des avancées au niveau national dans la reconnaissance de leurs actions.

Des lieux de partage et de respect de chacun·e

La connaissance de la mécanique améliore la sécurité et l’autonomie des cyclistes : les adhérent·e·s des ateliers sont ainsi plus nombreux que la moyenne des cyclistes à entretenir et réparer elleux-même leur vélo, et attendent moins longtemps pour le faire. Si le transfert de connaissances et de savoir-faire est au cœur de l’activité des ateliers vélo, ces derniers sont conscients des problématiques de domination qu’il peut amener : des actions se multiplient pour mener une réflexion, en particulier sur les problèmes de sexisme.

Des filières de réemploi des cycles

En 2014, 19 000 vélos ont été sauvés de la destruction pour être réparés ou alimenter les stocks de pièces détachées. Des partenariats se créent entre des ateliers et des collectivités, mais aussi d’autres structures de l’économie sociale et solidaire pour structurer ces filières de réemploi.


Un poids économique réel

La moitié des ateliers sont portés par des structures employeuses aux profils divers : 220 équivalents temps-plein sont ainsi directement liés aux ateliers vélo. Les retombées économiques se retrouvent également auprès des artisans du cycle, vendeurs·euses et réparateurs·ices, qui y gagnent en clients exigeants.

Télécharger le rapport sur le site de l’Heureux cyclage

Urgence vélo : plus le temps de gâcher les bonnes idées par absence de moyens

communiue-ikv

La Loi de Transition Énergétique a franchi un pas important en créant une « indemnité kilométrique vélo » (IKV) pour les salariés se rendant au travail. Coup de théâtre. Si le site du ministère continue de parler de 35 € par mois, un amendement adopté le 1er décembre en limite le montant exonéré d’impôt sur le revenu à 200 € par an et précise son caractère facultatif, resté ambigu jusque là.

Ainsi, le cycliste qui dépasse les 800 kilomètres dans l’année, soit à peine 2 km aller et 2 km retour sur 10 mois, verra une partie de son indemnité imposée. Plus grave encore, l’exonération de charges sociales pour l’employeur se limite également aux 200 premiers euros.

L’inter Koalition Vélo (IKV) s’indigne de ce revirement en pleine COP21, alors que le transport est, en France, à l’origine de 27% des émissions de GES. Elle compte sur les sénateurs pour déposer un amendement et soutenir le rétablissement de la mesure dans sa forme pertinente:

Amendement 1: caractère obligatoire de l’indemnité kilométrique vélo pour les entreprises et les employeurs du service public;

Amendement 2: plafond de défiscalisation et d’exonération de charges sociales correspondant à une pratique réaliste (par exemple de 2×5=10 km par jour, soit 500 euros par an).

Nous demandons à toute structure, association, fédération, entreprise de nous témoigner de leur soutien en rejoignant l’Inter Koalition Vélo. Nous dévoilerons tous ensemble, mercredi 16 décembre, nos propositions pour une politique cyclable efficace, en vue du lancement du PAMA2.

Plus d’infos dans le communiqué de presse  signé par 22 structures

Et n’oubliez pas de signer la pétition pour l’Indemnité Kilométrique Vélo.

Tous à vélo pour le climat !

Pendant la COP21, tous à vélo pour le climat !
Vélocité Narbonne participe à la campagne de la Fédération nationale des usagers de la bicyclette.

Montrons nous à vélo partout en ville, tous les jours, imprimons l’affichette de la campagne pour l’afficher sur nos vélos…
Et particulièrement pour l’ouverture de la COP21
le dimanche 29 novembre, jour prévu des manifestations citoyenne qui ont été interdites.

cop21_fub

Le visuel est téléchargeable ici

Communiqué de la FUB :
Tous à vélo pour le climat !
A partir du 30 novembre prochain, les dirigeants des Etats du monde entier vont tenter de trouver un accord pour préserver le climat et plus généralement les conditions de vie sur la planète dans le cadre de la Conférence mondiale sur le climat.
Alors que le transport est un des principaux émetteurs de GES (27% du total), la FUB déplore la quasi absence du vélo dans le débat public. Le report modal vers des mobilités moins polluantes est pourtant incontournable, il contribuera de façon déterminante à améliorer la qualité de l’air.
Dans ce cadre, le vélo est bien le véhicule qui offre le meilleur retour sur investissement.
Solution idéale pour les premiers ou les derniers kilomètres, il permet de démultiplier l’efficacité du transport public qui est onéreux pour les collectivités. Le vélo, est également bon pour la santé publique, accessible au plus grand nombre, bon marché pour les collectivités. Pédaler n’émet ni GES, ni particules fines.

Si la FUB est déçue de ne pas pouvoir se faire entendre et participer à la grande manifestation pour le climat initialement prévue le 29 novembre, elle appelle à la mobilisation de l’ensemble de son réseau d’associations et de tous les cyclistes en les invitant à se déplacer à vélo, seul, en famille, ou entre amis, pour aller travailler, faire ses courses, se balader, etc., sur toute la durée de la COP21. En effet, chaque déplacement à
vélo est une manifestation de l’engagement de chacun pour le climat.
Strasbourg, le 26 novembre 2015
La FUB vous propose également à cette occasion d’afficher sur votre vélo le logo ci-contre. Ce geste militant sera une façon de participer à la mobilisation citoyenne entourant la conférence climatique de Paris.
Vous pouvez télécharger ce logo sur www.fubicy.org

Nous vous invitons enfin à marquer votre soutien à la cause vélo sur l’ensemble des réseaux sociaux en relayant ce logo et en utilisant tout au long de la COP21 les hashtags ‪#‎Bike4us‬, ‪#‎COP21‬‪#‎SolutionVelo‬ et ‪#‎TousAVelo‬.